La cystatine C pour éviter le surdiagnostic

Comme nous l’avons vu dans plusieurs articles, le diagnostic d’insuffisance rénale chronique (IRC) repose sur le dosage de la créatinine plasmatique avec une définition donnée en 2002 par la National Kidney Foundation.[1] Celle-ci a ensuite été affinée en 2012 par l’ajout du dosage de la protéinurie. Une conséquence de cette définition de 2002 est que le diagnostic d’IRC peut être posé chez près de 14% de la population américaine.[2]

Un tiers des patients ont cependant une IRC de stade 3A et sont âgés de plus de 65 ans, comme le note le Dr Ray Moynihan et ses collègues dans un excellente nouvelle série d’article du BMJ intitulée «Too Much Medicine» (Merci à Bernard Hory pour le lien) .[3] A cette âge, une légère baisse du débit de filtration glomérulaire (DFG) est normale. Ainsi le nombre de patients avec un stade 3A évoluant vers une insuffisance rénale terminale (IRT) est de moins de 1%. Il faudrait alors traiter des milliers de patients au stade 3A pour prévenir un cas d’IRT. Il faut dès lors trouver un moyen d’identifier les patients à haut risque de progression.

capture-d_c3a9cran-2011-11-06-c3a0-20-18-43

Le diagnostic précoce peut avoir des effets délétères, pour le patient (effets secondaires de la prise de médicaments, conséquences psychologiques, qualité de vie) et pour la société (coût de la prise en charge).

Un moyen d’affiner le diagnostic d’IRC est d’utiliser la mesure de la cystatine C, seule ou associée à celle de la créatinine. En effet, une méta-analyse récente du NEJM montre que cela permet de renforcer l’association entre IRC, risque de décès et IRT.[4] Les résultats montrent que pour tous les stades d’IRC déterminés à partir de la créatinine, le DFG est associé à un risque plus élevé de décès lorsque sa valeur est plus basse lorsqu’il est déterminé à partir de la cystatine C. Autrement dit, avoir un DFG créatinine > DFG cystatine C n’est pas bon pour la santé !

Pratiquement, cela veut dire que si vous voyez un patient de 70 ans avec une créatinine de 120 µmol/L, le laboratoire ou votre calculatrice (MedCalc par exemple) va vous donner un DFG de 55 ml/min avec la formule MDRD. Il a une insuffisance rénale chronique de stade 3. Faut-il s’en inquiéter ? Vous faites un examen des urines qui montre qu’il n’a pas de protéinurie. Il a un stade 3A, mais cela ne vous rassure pas complètement ! Vous dosez alors la cystatine C (car vous lisez le NEJM) qui est à 1 mg/L et calculez (www.nephromatic.com/egfr.php) que son DFG est de 75 ml/min pour la formule CKD-EPI avec la cystatine C ou de 62 ml/min pour la formule CKD-EPI combinant la créatinine et la cystatine C.[5] Il n’a plus qu’un stade 2. Vous pouvez donc rassurer votre patient !

Voir aussi

Quelques considérations sur le débit de filtration glomérulaire

Estimation du débit de filtration glomérulaire

Protéinurie: aspects pratiques

Source

1. National Kidney Foundation: K/DOQI clinical practice guidelines for chronic kidney disease: evaluation, classification, and stratification. Am. J. Kidney Dis. 2002, 39:S1–266.

2. Ingelfinger JR, Marsden PA: Estimated GFR and Risk of Death — Is Cystatin C Useful? N. Engl. J. Med. 2013, 369:974–975.

3. Moynihan R, Glassock R, Doust J: Chronic kidney disease controversy: how expanding definitions are unnecessarily labelling many people as diseased. BMJ 2013, 347:f4298.

4. Shlipak MG, Matsushita K, Ärnlöv J, Inker LA, Katz R, Polkinghorne KR, Rothenbacher D, Sarnak MJ, Astor BC, Coresh J, Levey AS, Gansevoort RT, CKD Prognosis Consortium: Cystatin C versus creatinine in determining risk based on kidney function. N. Engl. J. Med. 2013, 369:932–943. PMID: 24004120

5. Inker LA, Schmid CH, Tighiouart H, Eckfeldt JH, Feldman HI, Greene T, Kusek JW, Manzi J, Van Lente F, Zhang YL, Coresh J, Levey AS, CKD-EPI Investigators: Estimating glomerular filtration rate from serum creatinine and cystatin C. N. Engl. J. Med. 2012, 367:20–29. Free Full Text

Image vedette

Étiquettes : , , , , , , , ,

Catégories : Insuffisance rénale chronique, Néphrologie

Auteur :Dr Vincent Bourquin

Néphrologue blogueur

S'abonner

Subscribe to our RSS feed and social profiles to receive updates.

8 commentaires sur “La cystatine C pour éviter le surdiagnostic”

  1. Michel
    2 octobre 2013 à 16:27 #

    Cher Vincent,
    Merci pour cette excellente discussion. La question du « sur diagnostic » et de la « sur investigation » des patients est une problématique centrale des pays industrialisés (dans d’autres pays, la population a d’autres soucis). La série récente du BMJ est éloquente.
    Pour les personnes intéressées, je recommande un article drôle, à l’anglaise, mais truffé de réflexions intéressantes (In search of “non-disease”, BMJ 2002;324:883.1, accessible en ligne: http://www.bmj.com/content/324/7342/883.1).
    Pour ceux qui voudrait poursuivre la réflexion, un article troublant : Soc Sci Med. 1998 Nov;47(9):1155-9. Is imposing risk awareness cultural imperialism? Førde OH.

    J'aime

  2. 2 octobre 2013 à 16:30 #

    Je n’ai vraiment pas besoin de la cystatine C pour rassurer un patient de 70 ans avec 120 de créat sans protéinurie. Je pense que le bon sens suffit le plus souvent sur les histoires limites chez les sujets agés pour ne pas tomber dans un délire interventionnel.
    En passant concernant la classification KDIGO, je pense qu’il vaut mieux utiliser la version 2012 du tableau qui est plus simple. je l’avais présenté ici http://perruchenautomne.eu/wordpress/?p=1367
    Concernant le papier du BMJ, j’en parlais là http://perruchenautomne.eu/wordpress/?p=1648

    J'aime

  3. Michel
    5 octobre 2013 à 12:16 #

    Cher Vincent, j’en profite pour te poser une question.

    Ton patient (70 ans avec une créatinine de 120 µmol/L, DFG de 55 ml/min) est-ce que tu fais une échographie des voies urinaires pour exclure une pathologie obstructive ? J’avouerais que j’ai l’échographie un peu (trop?) facile et que je la demande presque systématiquement (même chez les patients qui ont une bonne raison d’avoir une IRC comme un HTA et/ou un diabète depuis 10 ans (même s’ils ont une légère protéinurie).

    L’examen n’est pas dangereux mais il entraîne peut être une utilisation abusive des ressources et toujours le risque d’incidentalomes.

    Qu’en penses-tu ?

    J'aime

    • 7 octobre 2013 à 17:42 #

      Cher Michel,
      Merci pour tes commentaires, toujours pertinents et point trop insolents.
      Concernant l’échographie, je la pratique systématiquement chez les patients qui viennent me voir pour un problème néphrologiques. Est-ce une utilisation abusive des ressources ? Je ne pense pas, mais ce n’est que mon modeste avis !
      Bien à toi

      J'aime

  4. Tramullas Javier
    17 mars 2016 à 21:27 #

    Débit de Filtration Glomerulaire il est 87ml/min es grave

    J'aime

    • 22 mars 2016 à 22:17 #

      Bonjour,
      Non, ce n’est pas grave, si vous n’avez pas une protéinurie associée.
      Bien à vous.

      J'aime

Trackbacks/Pingbacks

  1. Préciser le diagnostic d’IRC | Rein-Echos - 4 octobre 2013

    […] Un tiers des patients ont cependant une IRC de stade 3A et sont âgés de plus de 65 ans, comme le note le Dr Ray Moynihan et ses collègues dans un excellente nouvelle série d’article du BMJ intitulée «Too Much Medicine» (Merci à Bernard Hory pour le lien) .[3] A cette âge, une légère baisse du débit de filtration glomérulaire (DFG) est normale. Ainsi le nombre de patients avec un stade 3A évoluant vers une insuffisance rénale terminale (IRT) est de moins de 1%. Il faudrait alors traiter des milliers de patients au stade 3A pour prévenir un cas d’IRT. Il faut dès lors trouver un moyen d’identifier les patients à haut risque de progression. https://nephroblog.org/2013/10/02/la-cystatine-c-pour-eviter-le-surdiagnostic/ […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :