NGAL et la quête du GRAAL

Le dernier numéro de Intensive Care Medicine nous gâte en nous offrant 3 études sur les nouveaux biomarqueurs, dont 2 sur la NGAL ! Celle-ci est peut-être la plus prometteuse et plus de 20 études ont déjà été publiées à son sujet. Je ne vais pas m’étendre sur ces deux article, mais m’attarder sur l’éditorial « Biomarkers and acute kidney injury: dining with the Fisher King? » car celui-ci fait bien comprendre la problématique des biomarqueurs dans l’IRA aux soins intensifs.

Le biomarqueur idéal:

  • Il doit pouvoir faire la différence entre une atteinte pré-rénal fonctionnelle et une nécrose tubulaire aiguë.
  • Il doit être spécifique de l’atteinte rénale en présence d’atteinte d’autres organes.
  • Il doit permettre de dater et de classifier l’atteinte.
  • Il doit permettre de prédire l’évolution.
  • [Il doit pouvoir servir d’end-point pour les études cliniques]

La NGAL (neutrophil gelatinase-associated lipocalin) est une protéine ubiquitaire de 25 KDa liée de façon covalente à la gélatinase des neutrophiles. Elle est exprimée à faible concentration dans différents tissus (rein, trachée, poumon, estomac et colon). Son expression augemente en cas d’inflammation ou d’atteinte de l’épithélium. Dans une revue systématique et méta-analyse récente, les auteurs concluent que la NGAL semble être utile pour le diagnostic et le pronostic de l’IRA aux soins intensifs. Cependant la NGAL a surtout été étudiée chez des patients de soins intensifs sélectionnés (enfants, après chirurgie cardiaque et en cas de néphropathie au produit de contraste).

Les 2 études présentées ensuite ont été faites aux soins intensifs chez 301 patients pour celle de Cruz et coll. et chez 83 patients pour celle de Bagshaw et coll. La première de démontrer que la NGAL peut détecter précocement l’IRA et le besoin d’épuration extra-rénale, la deuxième de faire la différence entre IRA septique et non septique. Le thème commun étant que, la NGAL, même en pouvant prédire une IRA précocement (dans les 24h, voire les 48h) n’est pas vraiment spécifique. Les autres co-morbidités peuvent également la faire monter.

Est-ce que ces nouveaux biomarqueurs sont vraiment nécessaire à notre pratique clinique aux soins intensifs ?

  • Oui, ils sont des marqueurs de l’IRA, mais pas seulement…
  • Oui, ils peuvent prédire la nécessité d’une épuration extra-rénale, et alors…
  • Oui, plus le taux est haut, moins bon est le pronostic…
  • Sont-ils la troponine du rein?

At present, we have reached the level of LDH or even CK at best.

Ces biomarqueurs ont peut-être plutôt un rôle à jouer en amont des soins intensifs pour prédire une IRA ou une autre atteinte d’organe. Il faut savoir rester positif et continuer à chercher une place au NGAL ! Always look on the bright side of life (Monty Python and the Holy Grail)

Étiquettes : , , , ,

Catégories : Insuffisance rénale aiguë, Néphrologie

Auteur :Dr Vincent Bourquin

Néphrologue blogueur

S'abonner

Subscribe to our RSS feed and social profiles to receive updates.

9 commentaires sur “NGAL et la quête du GRAAL”

  1. 17 février 2011 à 20:40 #

    Bonjour. Well, I dont speak french, (or more precise, I dont speak or write french, but I can read it, hence my reading of your blog) so im writing in English. (Even though im Danish, but that would be stupid of me🙂 )

    I was wondering if you were aware of this abstract in relation to NGAL: http://www.eventkaddy.com/sccm/abstractInfo.asp?abstractId=368

    And second I would like to ask if you on HUG are using the NGAL test from BioPorto in your different work concearning kidney injuries? (AKI-ARF-CRD,con.ind.nep.tox- etc)

    Kind regards Magnus Bidstrup.
    http://drueagurken.wordpress.com/

    J'aime

    • 17 février 2011 à 20:50 #

      Cher Magnus,
      Non, je n’étais pas au courant de cet abstact. Je n’ai pas compris où il a été présenté ou publié?
      Nous utilisons le « rapid ELISA kit » pour le dosage du NGAL de BioPorto aux HUG.
      Bien à vous

      J'aime

  2. 17 février 2011 à 21:04 #

    Quick respons, thanks.

    The abstract is from the 40th SCCM, Critical Care Congress http://www.sccm.org/Annual_Congress/Pages/default.aspx
    held this year.
    Think the conclusion is interresting, since it would be a huge help to get the test implementet if more investigation will show that using the NGAL test will save money (as well as lives, and comfort of admitted) But its still to little to be conclusive.

    And thanks for the answer regarding which test kit you are using. Needles to say, but im guessing that you are aware of the new « The NGAL Test » from BioPorto as well, eventhough it only has interest outside the lab, in the routine diagnostics.

    J'aime

  3. Jesper
    27 février 2011 à 15:53 #

    Salut Dr Vincent
    Je suis un investisseur dans une petite entreprise danoise, nommé BioPorto, http://www.bioporto.com,
    la raison pour laquelle j’ai écrit un commentaire sur votre blog, c’est que je suis tombé sur vous à plusieurs reprises quand je cherche sur le net.

    Je voudrais vous entendre si vous le savez produit nouvellement lancé cette entreprise, voir http://www.ngal.com qui est un CE a approuvé entièrement automatique de test NGAL.
    Quel potentiel voyez-vous immédiatement pour ce test entièrement automatique NGAL?
    Et pourriez-vous imaginer que vous l’utiliser?
    J’ai lu que vous utilisez actuellement test Elisa.

    Cordialement,

    Jesper

    J'aime

    • 28 février 2011 à 08:24 #

      Cher Jesper,
      Nous utilisons un kit de NGAL dans le cadre d’une étude sur les biomarqueurs rénaux dans la cirrhose http://www.clinicaltrial.gov et c’est pourquoi j’ai pu vous répondre sur le kit utilisé.
      En tant que clinicien je m’intéresse à ces nouveaux marqueurs mais leur place en clinique n’est pas encore clairement définie…
      Alors pour savoir quel kit est le meilleur!
      Bien à vous

      J'aime

Trackbacks/Pingbacks

  1. 2e séminaire Amgen de recherche translationelle en néphrologie « nephrohug - 21 décembre 2009

    […] chronique en activant l’angiotensine II. Le TGF-α (Transforming Growth Factor) et de la lipocaline 2 ou NGAL (intermédiaire dans l’activation de l’EGF) pourraient être des marqueurs […]

    J'aime

  2. Mere NGAL validering. « DrueAgurkens - 16 février 2011

    […] http://nephrohug.com/2009/12/16/ngal-et-la-quete-du-graal/ […]

    J'aime

  3. Biomarqueurs et insuffisance rénale aiguë « nephrohug - 16 mars 2011

    […] neutrophil gelatinase associated lipocalin (urine & sang): probablement le plus étudié (?) [voir ce billet pour ce biomarqueur] NGAL surtout urinaire est un bon outil diagnostique et pronostique de l’IRA (enfant > […]

    J'aime

  4. Mere NGAL validering. | DrueAgurken - 31 octobre 2011

    […] http://nephrohug.com/2009/12/16/ngal-et-la-quete-du-graal/ […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :